Peut-on vraiment partir de rien pour réussir ? Commencer de zéro pour entreprendre ?

Je vais vous poser une question ayant une réponse évidente. Avant que le palais du président du Cameroun ne se trouve à Etoudi qu’avait-il à cet endroit ? Par la suite, je voudrais passer avec vous sur l’étage suivant, savez-vous que nous avons pleins de possibilités mais que notre ennemie le plus terrible ce sont les excuses que nous nous fabriquons chaque jour ?

Je voudrais si vous me le permettez commencer par vous raconter une histoire que je n’aime pas raconter mais qui nous permettra peut-être de mieux nous comprendre.

J’ai grandi à Bokito dans le Mbam c’est juste à côté de Bafia et j’étais très mal vraiment nul en littérature. Par contre mes camarades et presque tous les élèves du lycée de cette époque peuvent vous dire comment je bravais les mathématiques. Je me contentais donc de parfaire mon niveau en mathématique tout en négligeant les matières sans calcul. J’étais tellement nul en seconde langue qu’en classe de 3eme certains camarades m’avaient surnommé monsieur  »la math est là » car s’était la phrase que je lançais ou qu’on me disait lorsque j’avais un 03 sur 20 en anglais, en allemand ou ailleurs. Oui j’avais suffisamment de points en Mathématique (coefficient 4) pour combler les déficits causé par mes piètres performances dans les autres matières. Alors je savais que je peux me tirer ainsi.

Le premier bouleversement se passe en classe de seconde lorsque les livres au programme de littérature racontent des histoires qui suscitent mon intérêt. Ma curiosité me pousse à en savoir plus et je me retrouve en train de lire tous les livres au programme. Mon amour pour la chose littéraire augmente considérablement.

Le second choc survint dans la classe suivante, mon professeur de français, Monsieur Charles Awae Essam de regretté mémoire, nous communique un goût aigu pour la littérature et là je trouve en lui un modèle, une personne en qui je voudrais ressembler lorsque je m’exprime.

Par la suite un troisième choc se produit lorsque le censeur du Lycée monsieur Kenyou alors que nous nous indignons du chaumage de nos ainés malgré leur diplômes déclare :

 »Votre vie est la vôtre et non celle de vos ainés, vous avez chacun de vous l’occasion de vivre une vie merveilleuse si vous parvenez à faire cette ose simple que je m’apprete à vous dire. Je demande par conséquent toute votre attention. »

Un silence gagna alors la salle de classe car nous avions tous envie de savoir de quoi il s’agit. Le censeur poursuit en disant ceci.

 » Faites-vous remarquer par quelque chose, soyez parmis les 10 meilleurs de chaque groupe, faites cet effort pas seulement à l’école mais partout où vous serez et dans tous ce que vous ferez, soyez remarquable, n’ayez pas peur d’être différent de vos frères, de vos amis, etc..  Et, donnons-nous rendez-vous dans 10 ans tous ceux qui auront suivi mon conseil seront à un endroit convenable. » 

Les moqueries des élèves qui ont suivi cette déclaration résonnent encore dans ma tête. 10 ans plus tard lorsque j’ai rencontré monsieur le Censeur Kenyou, j’étais heureux de lui dire ce que j’étais devenu et ses yeux brillaient grandement lorsqu’il prenait ma carte de visite. Il a été un peu dessus lorsque je lui disais que je ne suis pas satisfait malgré tout et que je comptais poursuivre mon chemin autrement.

Dans tous les cas, ces trois chocs m’ont donné trois leçons qui pourraient également vous concerner :

  • L’amour est essentiel pour combler nos lacunes, il faut aimer les véhicules qui pourraient nous permettre de surmonter nos obstacles les plus rudes. Il ne s’agit pas ici d’aimer les obstacles mais plutôt les outils essentiels qui aideraient à les surmonter.
  • Les modèles comme Monsieur Charles Awae Essam sont essentiels pour caser les codes, ayons des modèles et comme disait l’artiste Junior Eyango Soyons des modèles.
  • Soyons remarquable et meilleurs dans tous ce que nous faisons comme le disait monsieur Kenyou et nous ne le regretterons jamais.

Ces trois chocs qui ont conduit à 3 leçons m’ont aidé jusqu’ici mais il y a longtemps que j’aurais aimé connaitre certaines choses que je partagerai bientôt avec la personne que je retiendrais pour m’accompagner dans mes projets. Ceux qui ne seront pas retenu auront néanmoins l’occasion de suivre la formation et d’appliquer les connaissances à titre individuel. Lorsqu’on commence à avoir les idées  »suicidaires » de l’entreprenariat, on se sent isolé c’est pourquoi je voudrais créer un groupe d’info preneurs talentueux sur qui je pourrai compter et qui vont se soutenir mutuellement.

Nous n’allons pas perdre du temps pour emmener tout le monde à rester dans les rangs car je suis convaincu que ceux qui sortent des rangs peuvent ramener des choses nouvelles. Ma venue en Turquie a emmené des choses nouvelles pour ma famille, pour le Cameroun et pour l’Afrique.

Alors face à un obstacle voici mon attitude : Par exemple je voudrais faire des sites web. Je cherche à connaitre les outils (les véhicules qui peuvent m’aider) comme le HTML, le CSS les CMS comme WordPress, etc.. Je me donne une raison de les aimer, puis je trouve des modèles dans le domaine qui généralement son mes formateurs en ligne ou en présentiel. A la fin, il ne me reste plus qu’à devenir le meilleur et le de produire des choses remarquables.

Que faites-vous face aux obstacles ? Je vous écoute en commentaires ou en message privé.

2 thoughts to “Comment j’ai reçu 3 chocs et je suis devenu incontournable dans tous ce que je fais

  • LE DUC

    Pour la petite histoire j’avais la phobie de la mathématique en 3e je me rappelle encore que mon grand frère faisait 3e année en chimie il a tout fait pour me transmettre le génie de la maths ça n’a pas marché.

    Jusqu’au jour ou trois messieurs sont entrés dans notre salle de classe et il se disait conseiller d’orientation , ils nous ont parlé de la vie après le baccalauréat et ils vanter les mérites d’une formation professionnelle en lieu et place d’une formation des généralistes que nous on faisait au lycée

    c’est alors qu’ils ont parlé de la comptabilité ils ont décrit des comptables comme étant des personnes qui gère l’argent et ce jour-là dans ma tête je voyais des liasses de billets d’argent que je devais compter et j’ai donc décidé depuis lors de faire de la comptabilité

    par la suite même lorsque j’ai su que la comptabilité était en quelque sorte de la mathématique ça ne m’a pas effrayée parce qu’en réalité c’est ça que je voulais faire dans ma vie.

    je me suis dit qu’il faut être proche de l’argent si tu veux en avoir.

    Et voilà qu’en seconde non seulement j’avais des grandes notes en comptabilité mais j’avais aussi des notes en mathématiques et ma bête noire était vaincue

    Répondre
    • Prince Manu

      Merci Beaucoup LEDUC pour ce beau témoignage. Je suis convaincu que vous êtes un bon comptable. Contactez-moi svp info@princemanu.com on pourra discuter longuement sur ces points que nous avons en commun.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 30 =